En récupérant mes archives LinkedIn, je me suis aperçu que j'étais sur ce réseau social depuis le 19 septembre 2005, soit presque 17 ans...

Certains de mes clients rentraient en CE1 et moi je sortais de stage chez RENAULT et venais de trouver un taf pour faire des simulations de crash de voitures 🚗

Ces derniers temps, j'avais un peu tendance Ă  consulter LinkedIn un peu par dĂ©faut, de maniĂšre presque compulsive, pour passer le temps. Je commençais (enfin !) Ă  me dire que je scrollais betement, sans rien apprendre. đŸ§Ÿâ€â™‚ïž

En novembre dernier (2021), j'avais alors fait un break (complet) d'un mois sans Ă©prouver un quelconque manque (et je n'avais manquĂ© Ă  personne !) puis j'Ă©tais revenu dessus et avais finalement repris le rythme... đŸ€·

Quand je dis "scrollais betement", c'est un peu faux car j'avais pleins de spams, plein de posts identiques, formatés pareils pour obtenir les faveurs de l'algorithme. Alors je nettoyais mon feed : je bloquais ceux qui spammaient ou ceux qui m'horripilaient et unfollow les autres.

Alors je me suis livré à un petit bilan :

Les - :

  • Le spam, qui a priori est considĂ©rĂ© comme OK sur LinkedIn puisqu'Ă  chaque fois que j'ai dĂ©clarĂ© les gens en spams et les ai signalĂ©s, j'ai eu un message automatique qui me disait que ça n'enfreignait pas les rĂšgles du rĂ©seau... Pas compliquĂ©e la modĂ©ration ! Enfin lĂ  on parle quand mĂȘme des gens qui t'envoient des mails automatiques (parfois, 2 personnes de la mĂȘme boite, en mĂȘme temps, avec le mĂȘme mail)... En gros : du spam.
  • Les posts inintĂ©ressants : les posts de RH mythos qui embauchent tout le monde (surtout si la personne leur a vomi dessus au dĂ©but de l'entretien), des copier / coller, des posts toujours sur les mĂȘmes sujets, ou alors ceux avec l'auteur qui se prend en selfie, des posts sensĂ©s ĂȘtre "inspirants"...
  • Les pseudos influenceurs : les "confĂ©renciers", les "mico influenceurs", les "LinkedIn Top Voice" (eux, j'ai un peu l'impression de voir une tournĂ©e d'artistes ringards dans une salle des fĂȘtes pourrie). Je me dis "SĂ©rieusement ? T'as Ă©crit 5 posts qui ont reçu beaucoup de like et maintenant c'est ça ton intitulĂ© de profil ?". En plus, ils se retrouvent trĂšs souvent dans la catĂ©gorie ci-dessus alors... Bim : je bloque. Je n'ai pas envie de subir ça !
  • Il y a aussi les faux clasheurs : genre l'auteur trouve un sujet, met une accroche bien agaçante pour provoqur de l'ouverture du post. Et soit Ă  la fin il met de l'eau dans son vin ou sinon, clash quelqu'un. ForcĂ©ment, ce quelqu'un rĂ©pond et bim, 2 semaines aprĂšs, on a un webinaire de dĂ©bat... Pareil : blocage. Trouvez autre chose pour votre personal branding !
  • L'addiction des "auteurs" aux alogrithmes LinkedIn : on arrĂȘte de mettre les liens en commentaires ? De mettre plein de retours de ligne ou des "👇" juste pour que les gens ouvrent le post ? De poster des choses inutiles du genre "Bonjour Ă  tous, sauf Ă  ceux qui ....". Si c'est bon pour les ĂȘtres humains, ce sera bon pour les algos, pas l'inverse ! Pareil, des unfollow ou des blocages pour les mutli rĂ©cidivistes.
  • Les screenshots des tweets que les gens ont Ă©crit, avec un "Agree ?" dans le texte. Arrrgggghhhh, je masque (gĂ©nĂ©ralement quelqu'un de mon rĂ©seau que je ne connais pas aura likĂ© ce fichu post).
  • Les gens qui disent quÂŽils nÂŽont pas envie de faire des posts LinkedIn... dans des posts LinkedIn (si si !!!)
  • Le tĂ©lĂ©shopping... Alors lĂ  j'avoue que j'ai Ă©tĂ© perplexe quand c'est arrivĂ©... D'avoir dans mon feed des trucs pour faire des abdos, ça me dĂ©passe... En mĂȘme temps, je ne sais pas si c'est ça qui me dĂ©passe ou que des gens aient likĂ© et que du coup je me retrouve Ă  avoir ça dans mon feed.
  • Les fakes news, qui globalement sont OK. LĂ  aussi, la modĂ©ration ne doit mĂȘme pas ĂȘtre faite par un stagiaire mais juste une automatisation qui dit "Cela n'enfreint pas les rĂšgles".
  • Les contenus pourris : genre "le top 5 des CRM" et comme par hasard, le numĂ©ro 5 c'est le CRM de l'Ă©diteur ! Ou sinon, la "liste exclusive de..." avec un p***** de google sheet de 200 lignes avec des logiciels qui soit n'existent plus, soit sont les softs des potes, soit n'ont aucun intĂ©rĂȘt. Bien, sĂ»r, il faudra avoir commentĂ© pour recevoir le doc pourri et idĂ©alement, mis un Ă©moji đŸ€Š. Et puis il y a aussi la newsletter juste pour avoir ton mail mais dont le contenu est pourri et dont tu te dĂ©sabonnes rapidement.
  • L'idolatrie excessive : il y a des supers boites qui lĂšvent des fonds : Alan, Doctolib etc... Et si ça leur permet d'avancer, financer la croissance qu'ils souhaitent avoir, tant mieux ! Et pour ĂȘtre honnĂȘte, je suis incapable de faire ce qu'ils font alors bravo Ă  eux. Mais pour d'autres, il faut se dĂ©tendre : c'est bon, vous faites des tickets restos (livraison de repas etc...), c'est tout ! Pas la peine de nous faire croire que vous allez changer le monde ! Et voir certains politiques qui semblent n'avoir qu'un job : relayer les levĂ©es de fonds, je suis dubitatif...
  • Les posts qui me dĂ©priment : le corollaire du point d'avant : t'as levĂ© 100 millions et du coup tu vas avoir 100 nouvelles tĂȘtes par semaine... Ca me fait pas des masses rĂȘver, surtout quand ton VC a mis Ă  sa tĂȘte un gars qui a participĂ© au dĂ©clin de l'industrie en "ayant fourni de la valeur aux actionnaires"... Du coup, il y a aussi les rĂ©actions aigries de ceux qui ont pas levĂ© de fonds et qui ont plantĂ© leur boite et du coup l'ont un peu mauvaise...
  • Les gens bourrĂ©s : il n'y en a pas forcĂ©ment beaucoup mais certains, j'ai beau lire 3 fois le post, je ne comprends pas... Au bout d'un moment, je masque...
  • Les posts sur les morts... OK. Je comprends (pour de vrai !). C'est juste que moi, je ne connais pas cette personne. Je suis quand mĂȘme peinĂ© mais si j'avais envie de lire la rubrique nĂ©crologie, je la lirais ! Pour le coup, je fais pas grand chose dans ces cas lĂ  Ă  part me dire que la vie est courte... deux fois par jour... et me dĂ©capsuler une biĂšre en fin de journĂ©e...

Les + :

  • (Un peu) de visibilitĂ©, surtout auprĂšs des gens qui me connaissaient dĂ©jĂ  et pouvaient interpeller leur rĂ©seau sur certains sujets que j'abordais.
  • Quelques contacts imprĂ©vus et intĂ©ressants de personnes qui n'ont rien Ă  voir avec mon rĂ©seau habituel.

Quand je fais la somme des plus et des moins, il n'y a pas photo !

Conclusion : aprÚs avoir supprimé Facebook et Instagram il y a plusieurs années, Goodbye LinkedIn !

Je vais cependant rester sur Twitter. D'ailleurs, si vous ĂȘtes dessus ou souhaitez franchir le pas :

  • suivez peu de gens, qui tweetent peu
  • mettez votre feed par ordre antichronologique plutĂŽt que d'avoir Ă  subir l'interprĂ©tation de l'algo (qui a likĂ© quoi etc...)
  • ne suivez pas vos amis ou votre famille. Si besoin, envoyez-vous des messages (sur Signal, pas Whatsapp) !

Alors on va me dire : "T'es sérieux ? Tu lances une nouvelle boite, LinkedIn te donne de la visibilité, te permet de faire de l'acquisition etc...".

Bon alors déjà, mes 2 associés sont sur LinkedIn mais surtout, mon business a toujours fonctionné sur le bouche à oreille et la recommandation. Alors oui, des petits posts sympas, avec des likes et tout, c'est cool mais dans les faits, ça m'a rarement apporté du business. En revanche, développer des relations signficatives hors ligne : SI.

J'ai grandement hésité : mise en pause du profil ? Ou suppression ? Au final, j'opte pour la seconde car ça va m'obliger à faire autre chose.

Enfin quand je dis suppression : c'est si j'arrive Ă  m'y retrouver dans l'admin admirablement confuse de LinkedIn !

Allez je vous laisse, j'ai un profil à supprimer ! 😘

EDIT du 29 Mai 2022 :

Quelques jours aprĂšs, c'est fait ! https://blog.waendendri.es/goodbye-linkedin-cest-fait/